CNRS Délégation Centre-Est
17 rue Notre-Dame des Pauvres
B.P. 10075
54519 Vandoeuvre-lès-Nancy

Téléphone : (33) 03 83 85 60 00
Télécopie : (33) 03 83 17 46 21


Retrouvez dans cette rubrique les informations scientifiques des laboratoires CNRS de Bourgogne
(communiqué de presse, actualités scientifiques, En images...)


Quand la lumière s’auto-organise dans les fibres optiques 

Si les fibres optiques multimodes permettent de transporter une grande quantité d’énergie, elles sont sujettes à des interférences qui nuisent à la qualité de la transmission d’informations. Des chercheurs du laboratoire XLIM, du laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne (ICB) et de l’université de Brescia (Italie) ont démontré qu’augmenter la puissance de la lumière injectée entraîne son auto-organisation et réduit ces interférences. Ces travaux ont été publiés dans la revue Nature Photonics. [28 mars 2017]

Transmission d’informations par fibre optique ultra-robuste par paroi de domaine 

Depuis plusieurs années, le groupe travaillant autour du projet ERC PETAL dirigé par Julien Fatome, ingénieur de recherche CNRS au Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne, tente de mettre en évidence expérimentalement une nouvelle classe de solitons dans les fibres optiques qualifiés de parois de domaine de polarisation. Pour la première fois, cette équipe a pu générer, observer et propager ces nœuds de polarisation dans une fibre optique traditionnelle... Ces résultats sont publiés à la Une de la revue Nature Photonics. [21 février 2017]

Une biodiversité inattendue après la plus importante extinction de tous les temps 

A la fin de l’ère primaire, il y a 252 millions d’années, la plus importante extinction connue par la Terre rayait de la carte 90% des espèces alors existantes. On considère habituellement que les cinq premiers millions d’années suivant cette crise furent caractérisés par une biodiversité extrêmement faible. Cependant, un nouveau gisement paléontologique situé près de la ville de Paris dans l’Idaho (Etats-Unis) lève le voile sur une diversité d’êtres vivants aussi spectaculaire qu’inattendue moins de 1,5 million d’années après la crise, questionnant la validité d’un tel scénario. Publiée le 15 février dans la revue Science Advances, cette découverte a été réalisée par une équipe pluridisciplinaire internationale (France, Etats-Unis, Suisse, Royaume-Uni, Suède et Luxembourg) coordonnée par Arnaud Brayard, chercheur CNRS au laboratoire Biogéosciences (CNRS/Université de Bourgogne) et impliquant cinq laboratoires français. [20 février 2017]

Une vibration acoustique inédite détectée grâce au couplage électromagnétique entre nanoparticules 

Des physicien-ne-s viennent de caractériser le couplage mécanique entre des nanoparticules métalliques maintenues dans une matrice de polymère et d’identifier les modes vibratoires, individuels ou couplés, obtenus suivant la longueur d’onde de la lumière utilisée. Un nouveau mode de vibration des nanoparticules couplées a ainsi été mis en évidence, à très basse fréquence, résultat de l’hybridation de modes de vibration habituellement invisibles en spectroscopie Raman... Travaux impliquant des chercheurs du Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne (ICB) [25 janvier 2017]

Qui s’assemble finit par se ressembler : de l’importance de s’accorder entre partenaires chez un poisson tropical 

Pourquoi les conjoints qui sont ensemble depuis longtemps se ressemblent-ils tant ? Est-ce la vie en couple qui leur permet de mieux s’accorder l’un à l’autre ? Alors que la question est encore débattue pour notre espèce, une étude chez un poisson tropical éclaire cette question importante pour les espèces monogames. Chez le cichlidé zébré Amatilania siquia, le comportement des partenaires initialement très différent converge après la mise en couple. En outre, plus les partenaires réussissent à s’accorder, plus ils arrivent à élever un grand nombre de descendants. Travaux impliquant des chercheurs du laboratoire Biogéosciences [7 mars 2016]

Le premier dispositif accordable pour la détection en temps-réel de molécules 

Des chercheurs du Laboratoire interdisciplinaire Carnot de Bourgogne (ICB), en collaboration avec une équipe de l’Institut des sciences moléculaires d’Orsay et de l’Institut Max Planck d’optique quantique, ont développé un dispositif d’analyse optique original qui détecte directement les « battements » créés par deux ondes lumineuses qui s’entrechoquent... [21 décembre 2015]

Surveillance : des caméras capables d’apprendre 

Le marché des caméras de surveillance est en croissance rapide, mais les caméras dites intelligentes, qui traitent les informations en temps réel au lieu de stocker simplement les images, restent coûteuses. Le professeur Christophe Nicolle et ses collègues du Laboratoire d’Electronique, Informatique et Image (Le2i) ont inventé une méthode pour « former » des caméras banalisées afin qu’elles aussi puissent donner l’alerte...[14 décembre 2015]

Les ténébrions meuniers : vaccinés contre les bactéries, de génération en génération  

Si les insectes ne disposent pas du même système immunitaire que les vertébrés leur permettant d’être vaccinés contre les parasites, ils sont néanmoins capables de moduler leur réponse immunitaire en fonction des parasites qu’ils ont rencontrés. Certains insectes comme le ténébrion meunier sont capables de transférer leur immunité à leurs descendants. Leurs œufs sont alors vaccinés et prêts à affronter les microbes de leur environnement avant même d’être pondus. Des chercheurs du laboratoire Biogéosciences viennent de préciser les mécanismes de ce processus adaptatif qui n’est pas sans conséquence pour la femelle et sa descendance. Ces résultats ont été publiés le 2 octobre 2015 dans la revue PLoS Pathogens. [2 novembre 2015]

Alain Dereux, traqueur de lumière nanométrique 

[20/10/2015] Lauréat 2015 de la médaille d’argent du CNRS. La distinction sera remise par Alain Schuhl, directeur de l’institut national de physique CNRS (INP) en présence de Philippe Piéri, délégué régional du CNRS délégation Centre-Est, d’Alain Bonnin, président de l’Université de Bourgogne et Guy Millot, professeur de l’uB et adjoint du directeur de l’ICB ...

Déterminer la température de formation des glaces de la comète Tchouri grâce à la modélisation moléculaire 

En interprétant les mesures d’abondance relative de diazote et de monoxyde de carbone réalisées par la sonde Rosetta dans l’environnement de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, des physiciens ont déterminé que les glaces de cette comète se seraient formées au sein de la nébuleuse protosolaire à une température comprise entre -241 et -203 °C... | Travaux impliquant des chercheurs du Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne (ICB) et de l’Institut UTINAM [17 juillet 2015]

L’ozone excité vit moins longtemps si les trois atomes d’oxygène qui le composent sont identiques 

En calculant la vitesse de la réaction d’échange entre l’atome d’oxygène et la molécule de dioxygène, des physiciens viennent de montrer que suite à un effet quantique d’indiscernabilité, cette réaction est dix fois plus rapide lorsque les trois atomes sont identiques que lorsqu’un des atomes est un isotope rare de l’oxygène. Ce qui signifie que l’ozone excité, qui est un intermédiaire de cette réaction, sera plus facilement stabilisé si un isotope rare est présent... | Travaux impliquants des chercheurs du Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne (ICB) [16 avril 2015]

[Diaporama] Forêts morcelées, oiseaux menacés ? 

Dernier reportage photo réalisé par Fabrice Monna, enseignant-chercheur du laboratoire ARTéHIS. Ce reportage a été réalisé en pleine forêt guyanaise où une équipe de chercheurs du laboratoire Biogéosciences avait pour mission d’évaluer l’impact de la fragmentation des forêts sur plusieurs espèces d’oiseaux forestiers. [8 avril 2015]

Le frelon asiatique attiré par les odeurs de la ruche  

Apparu en 2004 en France, le frelon à pattes jaunes ou frelon asiatique, représente une menace pour l’apiculture mais aussi pour la biodiversité, notamment celle des insectes pollinisateurs. Considéré comme envahissant, il représente un sérieux prédateur pour l’abeille domestique. Les populations d’abeilles, en déclin partout dans le monde, sont fragilisées par les attaques de ce prédateur apparu récemment. Les unités Evolution Génomes Comportement Ecologie (EGCE - CNRS / Univ. Paris Sud / IRD), Biogéosciences (CNRS / Univ. de Bourgogne) et Santé et Agroécologie du Vignoble (SAVE) de l’Inra étudient les bases olfactives du comportement du frelon asiatique afin de comprendre les modes d’orientation de ce prédateur mais aussi de développer des stratégies de lutte ou de piégeage efficaces. Les premiers résultats de cette étude sur l’orientation olfactive ont été publiés dans la revue Plos One le 30 décembre 2014 [13 mars 2015]

[Diaporama] Rencontres insolites au fond des mers 

La mer est peuplée d’animaux surprenants aux formes et couleurs variées. Une diversité indispensable à leur survie dans le vaste milieu marin, et qui répond à leurs besoins de se nourrir, se protéger, se reproduire... Découvrez ce diaporama de ces drôles d’espèces auquel à participé Sébastien Motreuil du laboratoire Biogéosciences. [10 mars 2015]

Outarde houbara : l’âge du père influence la croissance de sa descendance 

S’il ne fait plus de doute que le succès reproducteur des mâles de nombreuses espèces diminue avec l’âge1, quel est l’impact de cette altération sur leur progéniture ? Pour tenter de répondre à cette question, une équipe réunissant notamment des chercheurs de l’Unité Biogéosciences (CNRS/Université de Bourgogne) et du Centre d’Ecologie et des Sciences de la Conservation – CESCO (CNRS/MNHN/UPMC) a étudié l’impact de l’âge parental sur la croissance des descendants de l’Outarde houbara, une espèce d’oiseaux terrestre. Leurs résultats publiés le 3 février dans la revue Nature Communications montrent, sans équivoque, que l’âge du père affecte le taux d’éclosion des œufs puis la croissance des jeunes durant leur premier mois de vie. [17 février 2015]

Pourquoi les poissons osseux dominent les océans ? 

Les poissons osseux, avec un squelette ossifié, sont aujourd’hui extrêmement diversifiés. Ce groupe comprend plus de 30 000 espèces : Brochet, thon, anguille, hippocampe… Il n’en a pas toujours été ainsi. En effet, il y a 300 millions d’années (Ma), les océans étaient dominés par un autre groupe : les poissons avec un squelette cartilagineux, comme les requins et les raies. Ceux-ci ne représentent désormais plus que 1100 espèces. Pourquoi et quand ont-ils décliné au profit de leurs cousins osseux ? Une grande étude menée par une équipe internationale comprenant le laboratoire Biogéosciences (CNRS / Université de Bourgogne) vient d’apporter une réponse précise à cette question. Les détails sont publiés en ligne dans la revue Biological Reviews. [5 janvier 2015]

Le lapin nouveau-né perçoit et mémorise des objets… grâce à son nez 

Le nez fonctionne comme un analyseur de la richesse chimique environnante. Cela peut se traduire par la perception de tout ou partie des différents odorants qui composent un mélange. De façon plus mystérieuse, le nez perçoit aussi certains mélanges comme des touts singuliers, à l’odeur différente de celles des constituants ; c’est du moins ce que suggère la connaissance empirique issue des pratiques de la cosmétique (odeur singulière d’un parfum), de l’industrie alimentaire (arôme typique d’un yaourt) et des arts culinaires (plats signatures de chefs, bouquets de grands vins). Des travaux publiés dans les Proceedings B of the Royal Society et Frontiers in Behavioral Neuroscience, portés par des chercheurs du Centre des Sciences du Goût et de l’Alimentation, en collaboration avec une équipe bordelaise et une américaine, démontrent clairement pour la première fois cette compétence ... et cela dès la naissance [7 octobre 2014]

Acidification des océans : Les oursins mieux armés que prévu 

Très diversifiés et très abondants dans les océans, les oursins (échinides) contribuent largement à la biodiversité marine. Or plusieurs biologistes ont prédit que ces petits invertébrés pourraient être victimes de l’acidification des océans, liée à l’augmentation de la concentration en gaz carbonique (CO2) dans l’atmosphère. Une équipe franco-belge impliquant des chercheurs du laboratoire Biogéosciences de Dijon a donc étudié la résistance à l’acidification océanique, de plusieurs espèces d’oursins de l’océan Austral entourant l’Antarctique, très touché par ce phénomène. Il apparaît que les petits « hérissons de mer » devraient se montrer plus résistants que prévu à ce phénomène. Ces résultats viennent d’être publiés dans la revue Global Change Biology du [1er octobre 2014]

CNRS Image : La photo du mois... réalisée par le laboratoire Biogéosciences ! 

Méduse, "Pelagia noctiluca" dans la rade de Villefranche-sur-Mer, en mer Méditerranée, en novembre 2012. Cette photo a été réalisée dans le cadre d’une mission d’échantillonnage de grandes nacres de Méditerranée, "Pinna nobilis". Laboratoire Biogéosciences (CNRS/Université de Bourgogne) [juin 2014]

Comptage fractal de résonances pour les billards chaotiques quantiques 

La mécanique classique étudie l’évolution de points (et de leurs vitesses) suivant les lois de Newton. Un système particulièrement simple est celui d’une particule dans le plan ou l’espace, qui n’est soumise à aucune force et qui rebondit, sans frottement, sur un certain nombre d’obstacles... [16 mai 2014]

Convention de site Bourgogne Franche-Comté  



Le CNRS signe une convention quinquennale sur le site Bourgogne Franche-Comté pour une politique scientifique partagée 

[10 JANVIER 2014] Alain Fuchs - président du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Alain Bonnin - président de l’Université de Bourgogne (uB), Jacques Bahi - président de l’Université de Franche-Comté (UFC), Pascal Brochet - directeur de l’Université de Technologie Belfort-Montbéliard (UTBM), Bernard Cretin - directeur de l’Ecole nationale supérieure de mécanique et Microtechniques (ENSMM) signent la première convention quinquennale du site CNRS- Bourgogne Franche-Comté.