CNRS Délégation Centre-Est
17 rue Notre-Dame des Pauvres
B.P. 10075
54519 Vandoeuvre-lès-Nancy

Téléphone : (33) 03 83 85 60 00
Télécopie : (33) 03 83 17 46 21


 

Retrouvez dans cette rubrique les informations scientifiques des laboratoires CNRS Centre-Est qui ont fait l’objet d’un communiqué de presse ou issues des Instituts du CNRS.

 

 

 

 

 

 

Exploiter les capacités de l’impression 3D 

Les recherches en informatique graphique souhaitent accompagner la révolution qu’apporte l’impression 3D dans la façon de concevoir des objets, que ce soit au niveau du design ou de leurs propriétés physiques. Pour accompagner les utilisateurs de fabrication additive dans la création de formes compliquées, Sylvain Lefebvre de l’équipe-projet commune Inria ALICE, au sein du Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications (Loria) souhaite que ce soit l’algorithme qui prenne en charge la complexité de conception, et non l’usager. [16 septembre 2016]

L’ingénierie des métamatériaux révolutionne le confort sonore 

Solutions isolantes ultra-efficaces et d’épaisseur très fine, les métamatériaux acoustiques développés par une équipe de chercheurs de l’Institut Femto-St promettent de s’affranchir du bruit et des nuisances sonores. Le projet est accompagné par le programme de prématuration du CNRS. [21 juillet 2016]

Une nouvelle planète naine dans le Système solaire 

Une équipe internationale d’astronomes, impliquant des chercheurs du CNRS, du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et de l’Université de British Columbia (Canada), a découvert une nouvelle planète naine dans le Système solaire. Elle est en orbite dans le disque de petits mondes glacés, au-delà de Neptune. D’un diamètre d’environ 700 kilomètres, elle dispose d’une des plus grandes orbites connue à ce jour, pour une planète naine... Travaux impliquant Jean-Marc Petit de l’institut UTINAM [12 juillet 2016]

MICA et ICÉEL, la relabellisation des deux Instituts Carnot "Grand Est", pour un soutien accru au développement de la nouvelle grande région 

6 juillet 2016, une nouvelle étape vient d’être franchie pour le renforcement de l’innovation dans le domaine des matériaux, au sein de la région Grand Est. En effet, les Instituts Carnot MICA (Alsace) et ICÉEL (Lorraine) viennent d’être relabellisés par le Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Il s’agit là d’un véritable gage de confiance du Ministère dans ces 2 Instituts Carnot, mais également d’une forte incitation à la poursuite de leur développement réussi au service de l’innovation industrielle. [7 juillet 2016]

Une nano-antenne « papillon » pour accorder à la demande la résonance d’une nano-cavité optique 

Des chercheurs de l’Institut Femto-ST proposent un nouveau concept permettant d’accorder finement la fréquence de résonance d’une cavité électromagnétique avec un élément unique : une nano-antenne dont la pointe possède une ouverture en forme de papillon. Publiés dans Scientific Reports, ces travaux sont une étape importante vers la maîtrise de l’émission des sources optiques fondamentales dans les dispositifs nanométriques, utilisés notamment dans le domaine des télécommunications. [29 mars 2016]

Comment les neurones vivent une anesthésie 

L’anesthésie générale est aujourd’hui une pratique courante pour les actes chirurgicaux. Bien que la maîtrise empirique des actions des anesthésiques continue de s’améliorer, les mécanismes d’actions de l’anesthésie générale sur les populations de neurones restent loin d’être totalement compris. Laure Buhry du LORIA apporte un nouvel éclairage sur la question grâce à une modalisation mathématique du fonctionnement de ces neurones, afin d’en déterminer le comportement au niveau des plus petites structures cérébrales. [11 mars 2016]

Rosetta : l’âge des comètes dévoilé grâce à l’identification de leur type de glace 

Les glaces enfouies à l’intérieur de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko se trouvent essentiellement sous forme cristalline, ce qui implique qu’elles seraient issues de la nébuleuse primitive, et donc du même âge que notre système solaire. Cette découverte a été obtenue par une équipe internationale comprenant des chercheurs du Centre de recherches pétrographiques et géochimiques (CRPG). Leurs résultats proviennent de l’analyse de données fournies par l’instrument Rosina, placé à bord de la sonde Rosetta de l’Agence spatiale européenne. Ces travaux ont été publiés le 8 Mars 2016 dans The Astrophysical Journal Letters. [9 mars 2016]

Mesurer le pH des fluides hydrothermaux à haute température et haute pression : un défi en géologie et de nombreuses applications industrielles 

Des géologues, chimistes et géochimistes du laboratoire GeoRessources, de l’IRAP et de l’IGEM (Académie des Sciences de Russie) sont parvenus à mesurer en laboratoire le pH de fluides hydrothermaux dans des systèmes eau-gaz-sels jusqu’à 280°C et 150 bar de pression. Le dispositif, miniaturisé, robuste et précis permet non seulement d’envisager des mesures de pH dans des conditions extrêmes, mais aussi d’équiper des installations industrielles mettant en œuvre des fluides chauds et pressurisés : plateformes de forages pétroliers, centrales géothermiques, circuits de refroidissement des centrales nucléaires. [8 mars 2016]

Virus et malwares : les chercheurs contre-attaquent ! 

Grâce à leur collection de 6 millions de malwares, les chercheurs du Laboratoire de haute sécurité (LHS) du LORIA ont mis au point un anti-virus d’un nouveau genre, déjà utile à la gendarmerie et bientôt disponible pour les entreprises. Visite de la première plateforme de recherche française dédiée à la sécurité informatique à découvrir dans CNRS le journal.fr [7 mars 2016]

Qui s’assemble finit par se ressembler : de l’importance de s’accorder entre partenaires chez un poisson tropical 

Pourquoi les conjoints qui sont ensemble depuis longtemps se ressemblent-ils tant ? Est-ce la vie en couple qui leur permet de mieux s’accorder l’un à l’autre ? Alors que la question est encore débattue pour notre espèce, une étude chez un poisson tropical éclaire cette question importante pour les espèces monogames. Chez le cichlidé zébré Amatilania siquia, le comportement des partenaires initialement très différent converge après la mise en couple. En outre, plus les partenaires réussissent à s’accorder, plus ils arrivent à élever un grand nombre de descendants. Travaux impliquant des chercheurs du laboratoire Biogéosciences [7 mars 2016]

Vers une nanoélectronique moléculaire « tout carbone » à base de polymères 

Remplacer le silicium actuellement utilisé dans les composants électroniques par des molécules organiques devrait permettre de réduire encore la taille des dispositifs électroniques. Mais le contrôle des propriétés physiques de molécules déposées sur surface reste un challenge. Des chercheurs de l’Institut Jean Lamour viennent de construire un réseau de polymères supportés sur une surface de cuivre et de caractériser sa structure électronique. Leurs résultats sont parus dans la revue Nature Communications. [2 mars 2016]

Détecter les gaz atmosphériques à distance et en continu, à l’aide d’un dispositif 3D infrarouge 

Des chercheurs et ingénieurs du laboratoire GeoRessources ont mis au point un dispositif 3D de mesure à distance (télédétection) depuis le sol des gaz atmosphériques qui émettent dans l’infrarouge. Très mobile et utilisable en zone urbaine, il permet d’identifier des panaches troposphériques de tels gaz, de les localiser avec précision et de suivre leur extension spatiale au cours du temps. Le développement d’un système clé en main de surveillance en zone urbaine de ce type de pollution est envisagé. [24 février 2016]

La structure des « marais salants » de Titan révélée 

Le plus important satellite de Saturne, Titan, possède de nombreuses caractéristiques qui en font un objet unique. Parmi celles-ci, la présence de lacs a été détectée dès 2007 grâce au RADAR de la sonde CASSINI. Ces étendues liquides participent au cycle « hydrologique » du méthane. En effet, la température à la surface de ce satellite, voisine de -183°C, implique une « hydrologie » et une géologie très exotiques. [...] En 2011, des observations infrarouges et RADAR ont permis de mettre en évidence l’existence de dépôts évaporitiques. Localisés dans le lit de lacs asséchés ou en cours d’asséchement, ces dépôts devraient avoir une composition variée. C’est ce qui vient d’être montré par une collaboration internationale, menée par Daniel Cordier, chercheur CNRS du laboratoire du Groupe de spectrométrie moléculaire et atmosphérique (GSMA)... [17 février 2016]

Un revêtement antireflet pour micro-ondes qui imite les yeux du papillon de nuit 

Pour esquiver l’attention des prédateurs, absorber le maximum de lumière et ainsi voir la nuit, l’œil d’un papillon de nuit ne reflète pas la lumière. En s’inspirant de la microstructure des yeux de l’insecte, des chercheurs de l’Institut Jean Lamour (IJL) et du laboratoire Structure et Réactivité des Systèmes Moléculaires Complexes (SRSMC), en collaboration avec des équipes anglaises, biélorusses et allemandes, ont mis au point un nouveau revêtement qui ne reflète pas les micro-ondes. Ce matériau biomimétique, hyper-léger et très peu coûteux, pourrait trouver des applications impliquant des micro-ondes ou dans les technologies furtives qui permettent aux avions d’échapper aux radars… Ces travaux sont parus dans la revue Applied Physics Letters. [17 février 2016]

Paléogénomique : une nouvelle méthode pour faire parler l’ADN fossile des parasites de l’homme 

Les vers parasites de l’intestin accompagnent l’homme dans ses pérégrinations autour du monde depuis la nuit des temps. Mais lorsqu’il s’agit de retrouver les œufs de ces parasites dans des excréments fossilisés ou dans d’autres échantillons archéologiques, la tâche est extrêmement ardue. [...] Sur un site archéologique, on peut retrouver des restes d’os, de dents, d’animaux ou de végétaux, mais aussi des œufs de vers parasites gastro-intestinaux (helminthes) tels que le ver solitaire ou ténia. Pour un expert comme Matthieu Le Bailly du laboratoire Chrono-environnement, il est possible, lorsque le matériel n’est pas trop dégradé, de savoir quel œuf appartient à quel genre de ver (plus rarement à quelle espèce)...[11 février 2016]

Etudier la variabilité spatio-temporelle des zones froides des cours d’eau par imagerie infrarouge thermique (IRT) aéroportée 

Les écosystèmes aquatiques sont sensibles aux variations de température. En été, des remontées d’eau souterraine peuvent former des poches d’eau froide dans certaines rivières. Ces zones sont stratégiques au niveau écologique car elles peuvent notamment servir de refuges thermiques pour certaines espèces de poissons durant cette période. La variabilité spatio-temporelle de ces zones froides est au cœur de l’étude menée par une équipe de chercheurs dont Vincent Wawrzyniak du laboratoire Théoriser et Modéliser pour Aménager (ThéMA)... [9 février 2016]

La génétique apporte un éclairage nouveau sur les premiers peuplements modernes en Europe 

La dispersion de l’homme moderne hors d’Afrique est un sujet encore très débattu. Dans une étude publiée dans la revue internationale Current Biology, une équipe internationale composée de chercheurs CNRS apporte les preuves d’une seule dispersion rapide de tous les non-Africains il y a environ 50.000 ans, non seulement à travers l’Asie, mais aussi en Europe. En outre, les analyses ADN d’anciens chasseurs-cueilleurs couvrant près de 35.000 ans de la préhistoire européenne ont également mis en évidence un changement brutal de population durant la fin de la dernière période glaciaire, il y a environ 14.500 ans.Travaux impliquant des chercheurs de Chrono-environnement. [5 février 2016]

Energine : un moteur de nouvelle génération qui transforme la chaleur perdue en électricité 

Lauréat du Grand prix national de l’ingénierie 2015, le projet Energine revisite le principe du moteur à air chaud Ericsson. Il récupère et valorise la chaleur perdue lors de procédés industriels et la transforme en électricité. Ce projet est issu d’une collaboration entre l’Institut FEMTO-ST et l’entreprise Assystem. [28 janvier 2016]

Le premier dispositif accordable pour la détection en temps-réel de molécules 

Des chercheurs du Laboratoire interdisciplinaire Carnot de Bourgogne (ICB), en collaboration avec une équipe de l’Institut des sciences moléculaires d’Orsay et de l’Institut Max Planck d’optique quantique, ont développé un dispositif d’analyse optique original qui détecte directement les « battements » créés par deux ondes lumineuses qui s’entrechoquent... [21 décembre 2015]

Surveillance : des caméras capables d’apprendre 

Le marché des caméras de surveillance est en croissance rapide, mais les caméras dites intelligentes, qui traitent les informations en temps réel au lieu de stocker simplement les images, restent coûteuses. Le professeur Christophe Nicolle et ses collègues du Laboratoire d’Electronique, Informatique et Image (Le2i) ont inventé une méthode pour « former » des caméras banalisées afin qu’elles aussi puissent donner l’alerte...[14 décembre 2015]

Bilan d’une Semaine d’Etude Maths-Entreprise 

Comment se déroule une Semaine d’Etude Maths-Entreprise ? Quel intérêt pour les industriels, quel bilan pour les étudiants en mathématiques ? Enquête sur la 14e Semaine d’Etude Maths-Entreprise (SEME), organisée conjointement par le Laboratoire de Mathématiques de Besançon (LMB) et l’ENSMM, qui s’est déroulée à Besançon du 28 septembre au 2 octobre 2015. [20 novembre 2015]

Les ténébrions meuniers : vaccinés contre les bactéries, de génération en génération  

Si les insectes ne disposent pas du même système immunitaire que les vertébrés leur permettant d’être vaccinés contre les parasites, ils sont néanmoins capables de moduler leur réponse immunitaire en fonction des parasites qu’ils ont rencontrés. Certains insectes comme le ténébrion meunier sont capables de transférer leur immunité à leurs descendants. Leurs œufs sont alors vaccinés et prêts à affronter les microbes de leur environnement avant même d’être pondus. Des chercheurs du laboratoire Biogéosciences viennent de préciser les mécanismes de ce processus adaptatif qui n’est pas sans conséquence pour la femelle et sa descendance. Ces résultats ont été publiés le 2 octobre 2015 dans la revue PLoS Pathogens. [2 novembre 2015]

Grâce à Rosetta, la comète 67P/Churyumov–Gerasimenko continue de livrer ses secrets  

Plusieurs équipes de chercheurs français, dont le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG), impliqués dans l’analyse des observations effectuées par les instruments embarqués à bord de la sonde Rosetta (ESA) nous révèlent l’absence de lien pour certains éléments chimiques entre notre Terre et les atmosphères cométaires.... [13 octobre 2015]

La formation des gisements d’or enfin expliquée 

Des géologues, chimistes et physiciens du CNRS, impliquant le laboratoire GeoRessources, viennent de montrer qu’une forme de soufre récemment découverte et présente en faible quantité dans les fluides géologiques, l’ion trisulfure S3-, transporte et dépose efficacement l’or, ce qui pourrait élucider la formation de ses gisements. Ces résultats ont été obtenus grâce à des mesures en laboratoire et sur synchrotron aux températures et pressions rencontrées dans la croûte terrestre, combinées à des modélisations informatiques... [13 octobre 2015]

Un diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer plus fiable grâce à l’informatique 

Le vieillissement de la population et l’allongement de l’espérance de vie va confronter les sociétés modernes à une transformation démographique sans précédent. Les outils et services qui permettront de prolonger l’autonomie et le maintien à domicile constituent une des réponses à ce défi sociétal. Une équipe de chercheurs du Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications (Loria), en collaboration avec l’Unistra et le CHU de Nancy, veut développer de nouveaux paradigmes d’évaluation et d’analyse des fonctions cognitives chez des sujets souffrant d’une déficience cognitive, notamment dans le cadre de la maladie d’Alzheimer. [21 septembre 2015]

Vers une généralisation de l’utilisation des horloges atomiques miniatures 

Rendre moins chères et plus compactes les micro horloges atomiques, afin d’envisager leur intégration dans de nombreux systèmes nécessitant une meilleure stabilité de temps, tels sont les travaux menés par les chercheurs du laboratoire FEMTO-ST. Leurs travaux ont été publiés dans la revue Scientific reports. [14 septembre 2015]

Des physiciens à la conquête des états chimères 

Des chercheurs du laboratoire FEMTO-ST ont imaginé et implémenté une méthode optique originale permettant d’explorer les propriétés de nouveaux comportements complexes appelés états chimères. Caractérisés par une coexistence d’ordre et de désordre, ils émergent spontanément et de manière inattendue dans un ensemble homogène... [2 septembre 2015]

Déterminer la température de formation des glaces de la comète Tchouri grâce à la modélisation moléculaire 

En interprétant les mesures d’abondance relative de diazote et de monoxyde de carbone réalisées par la sonde Rosetta dans l’environnement de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, des physiciens ont déterminé que les glaces de cette comète se seraient formées au sein de la nébuleuse protosolaire à une température comprise entre -241 et -203 °C... | Travaux impliquant des chercheurs du Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne (ICB) et de l’Institut UTINAM [17 juillet 2015]

Curiosity trouve des traces d’une croûte continentale primitive sur Mars 

Une équipe internationale comprenant cinq laboratoires français, dont le laboratoire de recherche en géologie GeoRessources, identifie des traces de croûte continentale ancienne sur Mars. Ces travaux ont été publiés dans la revue Nature Geoscience. [13 juillet 2015]

Double-Chooz à nouveau dans la course internationale pour la mesure des oscillations de neutrinos 

Le deuxième détecteur de l’expérience Double-Chooz, situé à 400 m du cœur des réacteurs de la centrale de Chooz, prend des données depuis décembre 2014. Chaque jour, cet instrument détecte environ 300 neutrinos, sur les centaines de milliards de milliards qui le traversent... [19 juin 2015]

Étudier les signaux électriques cérébraux pour comprendre et soigner l’épilepsie 

Le traitement du signal et l’automatique accompagnent la recherche pour guérir l’épilepsie. En effet, des chercheurs du Centre de Recherche en Automatique de Nancy (CRAN) s’associent avec des médecins pour étudier à des niveaux de détails jamais atteints les signaux électriques épileptiques et cognitifs, et ainsi mieux comprendre le fonctionnement du cerveau en général... [10 juin 2015]

Des robots qui s’adaptent aux dommages en quelques minutes 

Les robots pourraient aider notre société dans de nombreuses situations, par exemple pour chercher des survivants après des catastrophes naturelles ou pour alerter les pompiers en cas de feu de forêt. Néanmoins, ils resteront cantonnés aux laboratoires de recherche tant qu’ils ne seront pas capables de continuer à fonctionner lorsqu’ils sont endommagés. Des chercheurs de du Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications (LORIA) et de l’Institut des systèmes intelligents et de robotique (ISIR) montrent comment des robots peuvent automatiquement s’adapter aux dommages en moins de deux minutes. Leurs résultats ont été publiés dans Nature le 28 mai 2015. [2 juin 2015]

L’ozone excité vit moins longtemps si les trois atomes d’oxygène qui le composent sont identiques 

En calculant la vitesse de la réaction d’échange entre l’atome d’oxygène et la molécule de dioxygène, des physiciens viennent de montrer que suite à un effet quantique d’indiscernabilité, cette réaction est dix fois plus rapide lorsque les trois atomes sont identiques que lorsqu’un des atomes est un isotope rare de l’oxygène. Ce qui signifie que l’ozone excité, qui est un intermédiaire de cette réaction, sera plus facilement stabilisé si un isotope rare est présent... | Travaux impliquants des chercheurs du Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne (ICB) [16 avril 2015]

Une meilleure compréhension de l’adhésion entre les cellules et leur environnement  

Les cellules interagissent avec leur environnement par le biais d’interactions de type ligand/récepteur. La rupture de telles interactions est expliquée par la loi de Bell Evans qui décrit la rupture d’une liaison de type non covalente. Les chercheurs du Laboratoire de chimie physique et microbiologie pour l’environnement (LCPME | CNRS / Université de Lorraine) viennent de montrer que certains systèmes ne suivaient pas cette loi, et étaient même caractérisés par un comportement contraire. Ces travaux sont parus dans le J. Mater. Chem. B. [15 avril 2015]

Concentrer et focaliser la lumière dans un nano-dispositif optique 

Des chercheurs ont obtenu la super-focalisation d’un champ lumineux dans un nano-dispositif, en intégrant une structure plasmonique, jouant le rôle de concentrateur de lumière, sur un guide d’ondes en silicium. Le confinement extrême de la lumière a pu être observé par une technique de microscopie à champ proche, développée au laboratoire. Ces travaux, publiés dans la revue Nano Letters, ouvrent de nouvelles perspectives d’applications pour la biologie, la santé, l’information quantique et les télécommunications... | Travaux impliquants des chercheurs du Laboratoire de Nanotechnologie et d’Instrumentation Optique (LNIO, CNRS/Université de technologie de Troyes – Institut Charles Delaunay) [14 avril 2015]

Une nouvelle génération de panneaux solaires thermiques conçue en Lorraine 

La société Viessmann Faulquemont, basée en Moselle, vient de présenter une nouveauté mondiale développée avec des chercheurs de l’Institut Jean Lamour, à Nancy. Il s’agit d’une nouvelle génération de capteur pour les panneaux solaires thermiques, qui apporte une solution au problème de surchauffe de ce type d’équipement. [31 mars 2015]

Les sédiments du lac Igaliku témoignent de l’histoire pastorale du Groenland 

Ayant analysé les sédiments du lac Igaliku (sud-ouest du Groenland), des chercheurs du laboratoire Chrono-environnement (Université de Franche-Comté / CNRS) et de l’Institut des sciences de la Terre d’Orléans (ISTO, Université d’Orléans / CNRS / BRGM) ont pu mettre en évidence l’existence de deux périodes d’élevage intensif d’herbivores dans cette région : la civilisation Vikings au Moyen-Âge et à partir des années 1920, quand les danois ont mis en place un élevage majoritairement constitué d’ovins. [30 mars 2015]

L’azote moléculaire (N2) enfin détecté sur une comète grâce à Rosetta 

La sonde cométaire Rosetta de l’ESA a, pour la première fois, mesuré l’azote gazeux d’une comète et ainsi fourni des indices sur les premiers stades de formation de notre système solaire. Les conclusions de l’étude menée par une équipe internationale dont des chercheurs de laboratoires français, sous la direction de Martin Rubin de l’Université de Berne, ont été publiées dans la revue « sciences ». Elles indiquent notamment que les océans terrestres ne peuvent dériver de contributions de comètes de type Chury... | Etude impliquant des chercheurs du CRPG [26 mars 2015]

Mieux comprendre la transformation chimique de la biomasse grâce à la RMN  

La transformation de la biomasse (forêts, bois, déchets agricoles, etc.) en « biochar » (biocharbon) présente un grand intérêt potentiel pour séquestrer le CO2. Des chercheurs ont mis en œuvre avec succès une méthode avancée d’analyse par Résonance magnétique nucléaire (RMN) du solide haute résolution à 2 dimensions (carbone et proton) qui a permis d’étudier les mécanismes en jeu au cours de la conversion thermochimique de la biomasse en biochar, avec une finesse jamais encore atteinte... | Travaux impliquants des chercheurs du LRGP [9 mars 2015]

Le frelon asiatique attiré par les odeurs de la ruche  

Apparu en 2004 en France, le frelon à pattes jaunes ou frelon asiatique, représente une menace pour l’apiculture mais aussi pour la biodiversité, notamment celle des insectes pollinisateurs. Considéré comme envahissant, il représente un sérieux prédateur pour l’abeille domestique. Les populations d’abeilles, en déclin partout dans le monde, sont fragilisées par les attaques de ce prédateur apparu récemment. Les unités Evolution Génomes Comportement Ecologie (EGCE - CNRS / Univ. Paris Sud / IRD), Biogéosciences (CNRS / Univ. de Bourgogne) et Santé et Agroécologie du Vignoble (SAVE) de l’Inra étudient les bases olfactives du comportement du frelon asiatique afin de comprendre les modes d’orientation de ce prédateur mais aussi de développer des stratégies de lutte ou de piégeage efficaces. Les premiers résultats de cette étude sur l’orientation olfactive ont été publiés dans la revue Plos One le 30 décembre 2014 [13 mars 2015]

Aux racines des symbioses mycorhiziennes 

Un consortium international, coordonné par une équipe du centre Inra de Nancy-Lorraine et impliquant le Joint Genome Insitute (JGI), la Clark University, le CNRS, et les universités de Lorraine et d’Aix-Marseille, publie dans Nature Genetics le 23 février 2015 le séquençage de 13 nouveaux génomes de champignons symbiotiques mycorhiziens. Par son ampleur, cette avancée a permis de reconstruire l’histoire évolutive de ces champignons associés aux plantes depuis leur origine et d’identifier les mécanismes clés de la symbiose. Les champignons étudiés l’ont été pour leur importance économique (bolet, pisolithe) ou culturelle (amanite tue-mouche). [23 février 2015]

Mécanisme de détérioration de l’ADN sous irradiation UV 

La molécule de benzophénone est un vecteur efficace pour induire des dommages irréversibles à l’ADN sous l’effet de radiations UV. Les chercheurs du laboratoire Structure et réactivité des systèmes moléculaires complexes (CNRS / Université de Lorraine) et du Laboratoire de chimie (CNRS / Université Lyon 1 / ENS Lyon) viennent de montrer par des calculs que la molécule de benzophénone pouvait se lier à l’ADN et comment elle était capable de transférer très efficacement une excitation UV provoquant ainsi des réactions en cascade menant à une détérioration de l’ADN... [19 février 2015]

Premier prototype européen de robot endoscopique pour la micro-chirurgie laser des cordes vocales 

Dans le cadre d’un projet européen, l’institut FEMTO-ST (UFC/CNRS/ENSMM/UTBM) et le CHRU de Besançon, avec leurs partenaires, relèvent un nouveau défi microtechnique au service de la santé. Leur robot endoscopique pour la chirurgie des cordes vocales, premier prototype européen du genre, vient de passer les tests précliniques. [9 février 2015]

Outarde houbara : l’âge du père influence la croissance de sa descendance 

S’il ne fait plus de doute que le succès reproducteur des mâles de nombreuses espèces diminue avec l’âge1, quel est l’impact de cette altération sur leur progéniture ? Pour tenter de répondre à cette question, une équipe réunissant notamment des chercheurs de l’Unité Biogéosciences (CNRS/Université de Bourgogne) et du Centre d’Ecologie et des Sciences de la Conservation – CESCO (CNRS/MNHN/UPMC) a étudié l’impact de l’âge parental sur la croissance des descendants de l’Outarde houbara, une espèce d’oiseaux terrestre. Leurs résultats publiés le 3 février dans la revue Nature Communications montrent, sans équivoque, que l’âge du père affecte le taux d’éclosion des œufs puis la croissance des jeunes durant leur premier mois de vie. [17 février 2015]

Réseaux supramoléculaires sur une surface : moins le réseau est compact et plus les molécules sont liées entre elles !  

Sur une surface inerte de silicium, une même molécule peut conduire à plusieurs formes cristallines. Pour certaines molécules, le cristal le plus stable, qui présente le plus grand nombre de liaisons chimiques entre molécules, est aussi celui qui correspond à une phase peu dense. Ce résultat contre-intuitif a été obtenu par des chercheurs de l’IEMN et de l’Institut FEMTO-ST en combinant observations au microscope à effet-tunnel et simulations numériques. Publié dans Physical Review Letters, il démontre l’influence de la surface sur le contrôle du degré de compacité et de coordination des réseaux moléculaires. [16 février 2015]

Détecteurs à pixels hybrides : un nouvel outil pour mesurer la structure électronique des solides cristallins 

Des physiciens ont réalisé le premier diffractomètre à rayons X de laboratoire mettant en œuvre un détecteur à pixels hybrides. L’amélioration de la sensibilité en intensité qui en résulte permet une reconstitution deux fois plus précise des structures électroniques des solides cristallisés. La diffraction des rayons X, utilisée depuis un siècle pour déterminer les structures cristallines, permet aussi de déterminer la structure électronique des matériaux cristallins lorsque la qualité des mesures est suffisante. Actuellement, ces mesures sont effectuées à l’aide de détecteur CCD ou CMOS. Des physiciens du laboratoire Cristallographie, Résonance Magnétique et Modélisations - CRM2 (CNRS/Univ. de Lorraine), en collaboration avec la société ImXPAD, start-up issue du Centre de Physique des Particules de Marseille (CPPM), ont conçu et réalisé le premier diffractomètre à rayons X de laboratoire utilisant un nouveau type de détecteurs à rayons X : les détecteurs à pixels hybrides... [5 février 2015]

Pourquoi les poissons osseux dominent les océans ? 

Les poissons osseux, avec un squelette ossifié, sont aujourd’hui extrêmement diversifiés. Ce groupe comprend plus de 30 000 espèces : Brochet, thon, anguille, hippocampe… Il n’en a pas toujours été ainsi. En effet, il y a 300 millions d’années (Ma), les océans étaient dominés par un autre groupe : les poissons avec un squelette cartilagineux, comme les requins et les raies. Ceux-ci ne représentent désormais plus que 1100 espèces. Pourquoi et quand ont-ils décliné au profit de leurs cousins osseux ? Une grande étude menée par une équipe internationale comprenant le laboratoire Biogéosciences (CNRS / Université de Bourgogne) vient d’apporter une réponse précise à cette question. Les détails sont publiés en ligne dans la revue Biological Reviews. [5 janvier 2015]

La surface des gouttelettes d’eau des nuages contribuerait à réduire la pollution atmosphérique 

Les gouttelettes d’eau dans les nuages permettraient d’atténuer les effets de la pollution atmosphérique car leur surface agirait comme une source additionnelle de radicaux hydroxyles, des espèces hautement oxydantes qui jouent le rôle de « détergent » de l’atmosphère. C’est la principale conclusion de simulations numériques menées conjointement par des chimistes théoriciens de l’Institut Jean Barriol (CNRS / Université de Lorraine), un laboratoire de Barcelone et un laboratoire américain de l’Université de Purdue. Ce travail suggère que les nuages pourraient donc contribuer à la capacité oxydative globale de la troposphère. Ces résultats sont parus dans la revue PNAS.[17 décembre 2014]

Le fer, allié de la pierre dès la conception des cathédrales gothiques 

En datant par carbone 14 les pièces métalliques retrouvées dans les cathédrales gothiques, une équipe interdisciplinaire vient de démontrer, pour la première fois par une datation absolue, que le fer était introduit en renfort de la pierre dès l’étape de construction. Cette étude, fruit d’une collaboration entre le Laboratoire archéomatériaux et prévision de l’altération (CNRS/CEA), le Laboratoire de mesure du carbone 14 (CNRS/CEA/IRD/IRSN/Ministère de la Culture et de la Communication) et l’équipe Histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés de l’Université Paris 8, éclaire d’un jour nouveau la maîtrise technique et les intentions des bâtisseurs de cathédrales. Elle est publiée dans le numéro de janvier 2015 de la revue Journal of Archaeological Science. Cette méthode innovante pourrait renouveler la compréhension des bâtiments médiévaux, en Europe, comme la Sainte-Chapelle mais également en Asie, tels les temples d’Angkor. [17 décembre 2014]

Rosetta : les premiers résultats de l’instrument ROSINA 

Les premières mesures de l’instrument ROSINA de la mission Rosetta révèlent que le rapport Deutérium/Hydrogène (ou D/H) de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko est fortement enrichi en deutérium. Ces résultats sont en désaccord avec les hypothèses qui attribuent une origine cométaire à l’eau présente dans l’atmosphère et les océans terrestres. Ils indiquent également que les comètes de la famille de 67P ne sont pas originaires d’une unique région, la ceinture de Kuiper : certaines pourraient provenir du nuage de Oort. Cette étude internationale, à laquelle participent des laboratoires rattachés au CNRS, à l’université Toulouse III – Paul Sabatier, à l’UPMC, à l’UVSQ, à l’université d’Orléans, à l’université de Lorraine et à l’université de Franche-Comté, avec le soutien du CNES, est publiée dans Science Express le 10 décembre 2014.

Les chercheurs du CRAN récompensés pour leurs travaux en compression d’images médicales 

Jean-Marie Moureaux et ses collègues, chercheurs au Centre de Recherche en Automatique de Nancy (CRAN | CNRS - Université de Lorraine) et les membres du consortium HIPERMED (HIgh PERformance teleMEDicine platform), ont reçu le 19 novembre 2014 à Bâle, « l’award » d’or de l’innovation des projets européens EUREKA, parmi plus de 1 000 projets sur les quatre dernières années. [5 décembre 2014]

Première cartographie dynamique de la population à l’échelle nationale à partir de données de téléphonie mobile 

Les cartes de distribution de la population sont essentielles, notamment lorsqu’il s’agit d’évaluer l’impact de catastrophes naturelles, de conflits ou d’épidémies. Ces cartes sont en général basées sur des données de recensement et sont donc limitées par la faible fréquence et la faible résolution spatiale des recensements de population. Un groupe de chercheurs composé d’un membre du Centre de recherche en automatique de Nancy (CRAN, CNRS/Université de Lorraine) et de chercheurs belges des Universités libre de Bruxelles et catholique de Louvain viennent de réaliser pour la première fois une cartographie dynamique de la population, à partir de données de téléphonie mobile anonymisées [13 novembre 2014]

Un nouveau mode de diffusion de la lumière dans de minuscules fibres optiques 

Des chercheurs de l’institut Femto-ST (CNRS/UFC/UTBM/ENSMM), en collaboration avec des collègues du Laboratoire Charles Fabry (CNRS/Institut d’Optique Graduate School) viennent de découvrir un nouveau mode de diffusion de la lumière dans de minuscules fibres optiques 50 fois plus fines qu’un cheveu ! Ce phénomène, qui varie selon l’environnement de la fibre, pourrait être exploité pour concevoir des capteurs innovants et ultra-sensibles. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Communications le [24 octobre 2014]

Le lapin nouveau-né perçoit et mémorise des objets… grâce à son nez 

Le nez fonctionne comme un analyseur de la richesse chimique environnante. Cela peut se traduire par la perception de tout ou partie des différents odorants qui composent un mélange. De façon plus mystérieuse, le nez perçoit aussi certains mélanges comme des touts singuliers, à l’odeur différente de celles des constituants ; c’est du moins ce que suggère la connaissance empirique issue des pratiques de la cosmétique (odeur singulière d’un parfum), de l’industrie alimentaire (arôme typique d’un yaourt) et des arts culinaires (plats signatures de chefs, bouquets de grands vins). Des travaux publiés dans les Proceedings B of the Royal Society et Frontiers in Behavioral Neuroscience, portés par des chercheurs du Centre des Sciences du Goût et de l’Alimentation, en collaboration avec une équipe bordelaise et une américaine, démontrent clairement pour la première fois cette compétence ... et cela dès la naissance [7 octobre 2014]

Acidification des océans : Les oursins mieux armés que prévu 

Très diversifiés et très abondants dans les océans, les oursins (échinides) contribuent largement à la biodiversité marine. Or plusieurs biologistes ont prédit que ces petits invertébrés pourraient être victimes de l’acidification des océans, liée à l’augmentation de la concentration en gaz carbonique (CO2) dans l’atmosphère. Une équipe franco-belge impliquant des chercheurs du laboratoire Biogéosciences de Dijon a donc étudié la résistance à l’acidification océanique, de plusieurs espèces d’oursins de l’océan Austral entourant l’Antarctique, très touché par ce phénomène. Il apparaît que les petits « hérissons de mer » devraient se montrer plus résistants que prévu à ce phénomène. Ces résultats viennent d’être publiés dans la revue Global Change Biology du [1er octobre 2014]

Inauguration du deuxième détecteur de neutrinos de l’expérience Double Chooz 

Un second détecteur de neutrinos vient d’être édifié par le CNRS et le CEA à proximité de la centrale nucléaire de Chooz (Ardennes). Ses mesures complèteront celles du premier détecteur, installé depuis cinq ans, afin d’étudier, dans le cadre de l’expérience Double Chooz, les caractéristiques des neutrinos, ces particules élémentaires presque insaisissables produites en abondance notamment dans le Soleil et dans les réacteurs nucléaires. Construit à 400 mètres du cœur des réacteurs de la centrale, ce second détecteur est inauguré le 25 septembre 2014 en présence de représentants du CNRS et du CEA, et des autorités locales, qui soutiennent activement cette implantation... [25 septembre 2014]

Gastronomie moléculaire et l’art de structurer des liquides en sphères 

La gastronomie moléculaire, cuisine « avant-gardiste », joue avec la structuration des aliments. Une technique populaire, la sphérification, consiste à encapsuler dans des sphères des liquides variés, allant de l’huile d’olive à des cocktails alcoolisés. Une équipe de scientifiques du laboratoire Structure et réactivité des systèmes moléculaires complexes (CNRS / Université de Lorraine), en collaboration avec le chef de renommée mondiale Ferran Adrià, viennent de lever le voile sur les mécanismes impliqués dans ces mises en forme. Ces résultats sont parus dans le Journal of Physical Chemistry B. [25 septembre 2014]

L’origine d’Uranus et de Neptune enfin révélée ? 

Une équipe de chercheurs franco-américains, pilotée par l’institut UTINAM (CNRS/Université de Franche-Comté)1, vient de proposer une solution au problème de la composition chimique d’Uranus et Neptune, fournissant ainsi des pistes pour comprendre leur formation. Les chercheurs se sont intéressés au positionnement de ces deux planètes, les plus lointaines du Système Solaire, et proposent un nouveau modèle expliquant comment et dans quelle zone elles se sont formées. Leurs résultats sont à paraitre le 20 septembre dans The Astrophysical Journal... [18 septembre 2014]

Les plus anciennes traces de la mousson asiatique remontent à 40 millions d’années ! 

Grâce à l’étude de fossiles birmans et de sédiments chinois, alliée à des modélisations paléoclimatiques, une équipe internationale impliquant principalement des chercheurs du CNRS, de l’Université de Poitiers et de l’UPMC1 a découvert que le régime de mousson asiatique était déjà en place il y a 40 millions d’années, alors que les massifs tibétain et himalayen étaient bien moins élevés. Ces travaux, coordonnés par Alexis Licht (IPHEP1 et CRPG1), en collaboration étroite avec Géosciences Rennes1 et le LSCE1, montrent que la mousson asiatique a démarré bien plus tôt qu’on ne pensait, et qu’elle est sensible au moins autant à la concentration atmosphérique globale de CO2 qu’au relief himalayen... [17 septembre 2014]

Une étape de la formation de la Voie lactée : le disque épais 

Des chercheurs de l’Institut UTINAM (Université de Franche-Comté, Observatoire des Sciences de l’Univers THETA)) étudient depuis de nombreuses années la structure, la formation et l’évolution de la Voie Lactée, à travers des modèles numériques. Ils ont utilisé cette méthode pour préciser le scénario de formation de la Galaxie à une époque ancienne, il y a plus de 10 milliards d’années, quand les étoiles formaient un disque épais... [16 septembre 2014]

Vers les disques durs du futur ?  

Tandis que la pression pour augmenter la densité d’information sur les disques durs est de plus en plus forte (clouds, data centers, etc.), une découverte de l’équipe « Nanomagnétisme et Electronique de Spin » de l’Institut Jean Lamour (CNRS / Université de Lorraine) pourrait ouvrir de nouveaux horizons technologiques à l’enregistrement magnétique. Ce travail mené en collaboration avec des chercheurs américains, allemands et japonais a donné lieu à une publication dans la revue Science... [12 septembre 2014]

La composition des mers de la surface de Titan pourrait être influencée par leur connexion à un labyrinthe de lacs souterrains 

En 2007, les images prises par la sonde Huygens de l’ESA ont montré de vastes étendues liquides sur la surface glacée de Titan, essentiellement concentrées dans les régions polaires. Ces lacs ne sont pas remplis d’eau mais d’hydrocarbures, formes de composés organiques qui se trouvent aussi naturellement sur Terre, et dont l’origine sur Titan provient essentiellement des précipitations associées à la présence de nuages dans son atmosphère... [1er septembre 2014]

La plus vieille biodiversité découverte dans un écosystème marin au Gabon 

Des chercheurs ont mis au jour, dans les sédiments argileux du Gabon, les plus vieux fossiles d’organismes pluricellulaires jamais observés (Nature, 2010). Au total, ce sont plus de 400 fossiles vieux de 2,1 milliards d’années qui ont été récoltés, dont des dizaines de nouveaux spécimens. Leur analyse détaillée, publiée le 25 juin 2014 dans la revue Plos One, lève le voile sur une véritable biodiversité ayant évolué dans un écosystème marin, composée d’organismes micro et macroscopiques de formes et de tailles extrêmement variées. Pour cette étude, des dizaines d’échantillons ont été passées dans une sonde ionique, un appareil installé à Nancy dans les locaux du CRPG (Centre de recherches pétrographiques et géochimiques) [25 juin 2014]

Le virome d’un coprolithe du 14ème siècle dévoilé 

Les coprolithes sont des concrétions de matières fécales animales et humaines que l’on peut retrouver en grande abondance lors de fouilles archéologiques. Leur analyse permet de reconstituer en partie les flores microbiennes anciennes. Des travaux précédents avaient établi en partie le répertoire des parasites et des bactéries dans différents coprolithes exhumés de sites en Amérique du Sud, plus rarement en Europe. Le répertoire des virus, appelé virome, était inconnu dans les coprolithes humains. Dans cette étude paléomicrobiologique, associant l’Unité de recherche sur les maladies infectieuses et tropicales émergentes au laboratoire Chrono-environnement, les chercheurs ont établi pour la première fois le virome d’un coprolithe exhumé à Namur en Belgique et daté du 14ème siècle. En effet, bien que les virus soient 100 fois plus abondants que les bactéries dans les microbiotes humains, leur diversité dans les échantillons anciens restait inconnue... [27 mai 2014]

Cartographier la densité résolue en spin des électrons d’une molécule 

Alors que jusqu’à présent, les densités de charge et de spin à l’échelle atomique étaient obtenues indépendamment, des physiciens, dont Nicolas Claiser du laboratoire Cristallographie, résonance magnétique et modélisations - CRM2 (CNRS / Université de Lorraine), viennent de réaliser la première carte de densité électronique résolue en spin en combinant dans un même modèle les résultats de trois méthodes d’investigation : la diffraction de rayons X, la diffraction de neutrons et la diffraction de neutrons polarisés. [23 mai 2014]

Quels sont les mécanismes à l’œuvre lors de la désaimantation rapide d’un ferrimagnétique  ? 

En utilisant des impulsions femtosecondes polarisées issues d’un synchrotron, des physiciens ont mis à jour le mécanisme responsable de la désaimantation rapide d’un matériau ferrimagnétique... [16 mai 2014]

Comptage fractal de résonances pour les billards chaotiques quantiques 

La mécanique classique étudie l’évolution de points (et de leurs vitesses) suivant les lois de Newton. Un système particulièrement simple est celui d’une particule dans le plan ou l’espace, qui n’est soumise à aucune force et qui rebondit, sans frottement, sur un certain nombre d’obstacles... [16 mai 2014]

Un nouvel algorithme secoue la cryptographie 

Des chercheurs du Laboratoire lorrain de recherches en informatique et ses applications (CNRS/Université de Lorraine/Inria) et du Laboratoire d’informatique de Paris 6 (CNRS/UPMC) viennent de résoudre un pan du problème du logarithme discret, considéré comme l’un des « graals » de la théorie algorithmique des nombres, à la base de la sécurité de nombreux systèmes cryptographiques utilisés aujourd’hui. Ils ont ainsi conçu un nouvel algorithme (1) battant en brèche la sécurité d’une variante de ce problème, pourtant étudiée avec attention depuis 1976. Ce résultat, publié sur le site de l’International association of cryptologic research et sur l’archive ouverte HAL sera présenté lors de la conférence internationale Eurocrypt 2014 qui se tiendra à Copenhague du 11 au 15 mai 2014 et publié dans Advances in cryptology. Il permet d’ores et déjà de rejeter plusieurs systèmes cryptographiques supposés jusqu’alors offrir des garanties de sécurité suffisantes. Bien qu’encore théoriques, ces travaux devraient avoir des répercussions, notamment dans les applications cryptographiques des cartes à puces, des puces RFID (2) etc. [9 mai 2014]

Auto-organisation de molécules de carbone sur des surfaces quasicristallines 

Des chercheurs de l’Institut Jean Lamour (CNRS / Université de Lorraine) viennent pour la première fois de mettre en évidence l’auto-organisation de molécules de C60 (molécules de carbone) sur des surfaces quasicristallines, une avancée prometteuse dans la compréhension des systèmes apériodiques. Des résultats à retrouver dans la revue ACS NANO. [5 mai 2014]

Retourner les aimants de taille nanométrique en utilisant un faisceau laser pour des mémoires magnétiques 

C’est en étudiant des matériaux à base de terres rares réagissant à des pulses de lumière laser ultrarapides que des chercheurs de l’Institut Jean Lamour (CNRS/Université de Lorraine), en collaboration avec des équipes du département Engeneering de l’université de Californie San Diego - USA et du Département Physics and Research Center OPTIMAS de l’université de Kaiserlautern - Allemagne, ont réussi à montrer que l’aimantation de nombreuses classes de matériaux magnétiques pouvait être contrôlée par un faisceau laser. Leurs travaux, qui intéressent déjà l’industrie des disques durs et des mémoires magnétiques, permettent de mieux comprendre l’interaction entre laser et matière magnétique, et ouvrent la voie à de nombreuses applications. [13 mars 2014]

Pourquoi trouve-t-on encore des ressources hydrocarbonées à plus de 4000 m de profondeur ? 

Pourquoi existe-t-il des réservoirs pétroliers à grande profondeur alors que les lois d’enfouissement prédisent une réduction drastique de la porosité ? C’est la question à laquelle les chercheurs de l’UMR GeoRessources (CNRS, Université de Lorraine, CREGU) et de Total ont tenté de répondre par une approche expérimentale, publiée dans la revue Journal of Geophysical Research - Solid Earth. [13 mars 2014]

L’étude de l’orbite de la planète Mercure permet d’en savoir plus sur la relativité générale 

Des chercheurs de l’institut UTINAM (Université de Franche Comté/CNRS), de Géoazur (Université Nice Sophia-Antipolis/CNRS/IRD/Observatoire de la Côte d’Azur), de l’IMCCE (Observatoire de Paris/CNRS/UPMC Université Lille 1) et du CNES viennent de proposer, en utilisant les données de la sonde MESSENGER1, la meilleure éphéméride de Mercure jamais produite et a surtout amenée de nouvelles contraintes sur les paramètres de la relativité générale. Leurs travaux sont parus le mois dernier dans Astronomy & Astrophysics. [28 février 2014]

Une nouvelle voie simple pour la génération de films mésoporeux hybrides orientés 

Après avoir découvert il y a quelques années que l’électrochimie permettait de préparer des films de silice mésoporeuse organisée dont les pores sont orientés perpendiculairement au substrat, une équipe du Laboratoire de chimie physique et microbiologie pour l’environnement (CNRS / Université de Lorraine) (*) vient de montrer que l’on pouvait combiner cette approche avec la « chimie click », offrant ainsi une voie simple et universelle pour la génération de films mésoporeux hybrides et fonctionnels à porosité orientée. Ces résultats font l’objet d’une publication dans la revue Angew. Chem. Int. Ed. [26 février 2014]

Des rubans de graphène hautement conducteurs à température ambiante 

[6 FEVRIER 2014] Des rubans de graphène où les électrons se déplacent librement, telle est la prouesse réalisée par une équipe internationale comprenant des chercheurs du CNRS, de l’Université de Lorraine (dont des scientifiques de l’Institut Jean Lamour) et du synchrotron SOLEIL en France , du Georgia Institute of Technology et du Oak Ridge National Laboratory aux Etats-Unis, de l’Université Leibniz en Allemagne. Après avoir imaginé une façon nouvelle et originale de synthétiser ces rubans, les scientifiques ont mis en évidence leur conductivité électrique exceptionnelle à température ambiante. Ces nanorubans ouvrent des perspectives prometteuses pour l’électronique de pointe. Ces travaux sont parus le 5 février 2014 sur le site de la revue Nature. [6 février 2014]

Interview de Mustapha Abdelmoula, Cristal du CNRS 2012 

Ingénieur de recherche CNRS au LCPME (Laboratoire de Chimie Physique et Microbiologie pour l’Environnement), Mustapha Abdelmoula est spé­cia­liste de la spec­tro­mé­trie Mössbauer... Cette vidéo, réalisée par l’e-mag de l’éducation VousNousIls, s’inscrit dans le cadre de l’exposition mise en place par la CASDEN consacrée aux grands chercheurs français. [28 janvier 2014]

Illustration du concept des oscillations acoustiques de baryons, empreintes de l'Univers primordial. Crédit : Chris Blake/ Sam Moorfield

La taille de l’Univers mesurée à 1% près ! 

Les chercheurs de la collaboration SDSS-III (Sloan Digital Sky Survey), dont ceux du CNRS et du CEA, ont mesuré les distances par rapport à des galaxies situées à 6 milliards d’années-lumière, avec une précision inégalée de 1%. L’Institut UTINAM de Besançon fait partie de cette collaboration. [24 janvier 2014]

Comment les photo-sensibilisateurs interagissent avec l’ADN 

Une recherche conduite conjointement des équipes du Laboratoire de Chimie (CNRS / Université Lyon 1 / Ens Lyon) et de l’Institut Jean Barriol (CNRS / Université de Lorraine) a permis de mettre en évidence à l’échelle atomique la structure du complexe formé entre la benzophénone, connue pour être un photo-sensibilisateur, et l’ADN. Un nouveau mode d’interaction non-covalent entre les acides nucléiques et des petites molécules, ainsi qu’une signature spectroscopique spécifique de ce mode d’interaction ont également été mis en évidence. Ces résultats font l’objet d’une publication dans la revue J. Phys. Chem. Lett. [31 décembre 2013]

L’azote des comètes permet d’en savoir plus sur l’origine du système solaire 

Une équipe de chercheurs composée de membres de l’Institut UTINAM (CNRS /UFC), du synchrotron SOLEIL, du laboratoire ISMO (CNRS/Université Paris-Sud) et de l’Université de Liège vient de publier la première détection du radical 15NH2 dans le gaz issu des comètes. Cette détection constituait un véritable challenge observationnel et permet maintenant de mieux connaître l’origine non seulement des comètes mais également d’autres corps du système solaire. Les travaux sont parus le 16 décembre 2013 dans The Astrophysical Journal Letters (...) [16 décembre 2013]

Dernières nouvelles de Mars : un laboratoire lorrain impliqué 

Curiosity identifie la nature de l’hydratation du sol martien Depuis l’été 2012 le robot Curiosity arpente la surface de Mars. A son bord l’instrument ChemCam capable d’analyser à distance un grand nombre d’échantillons du sol martien, avec une précision spatiale inédite. Cécile Fabre, enseignante-chercheuse au laboratoire GeoRessources (CNRS/Université de Lorraine) à Nancy est co-auteur des travaux publiés dans la revue Science du 27 septembre 2013. (...) [27 septembre 2013]

Des "marais salants" très exotiques sur Titan 

Titan, le principal satellite de Saturne, est un monde cryogénique où la température de surface est constamment aux environs de 90 kelvins (-183°C). Malgré cela, cet astre recèle une géologie dynamique et une chimie organique complexe. En effet, le vaisseau CASSINI1 qui survole régulièrement Titan, on a pu faire de nombreuses découvertes. En 2007, de grands lacs d’hydrocarbures ont été découverts dans les régions polaires. Parmi ces observations, on trouve également des lits de lacs asséchés. Récemment, des images infrarouges de ces derniers, croisées aux données RADAR, ont révélé l’existence d’un dépôt probablement d’origine évaporitique2 au fond de ces lacs ayant perdu leur phase liquide. Une collaboration internationale, menée par Philippe Rousselot, chercheur de l’Institut UTINAM (OSU THETA-CNRS/Université de Franche-Comté) à Besançon, vient de montrer, grâce à des simulations numériques, qu’il pourrait s’agir d’une couche riche en butane et acétylène à l’état solide. (...) [24 septembre 2013]